Home Flash floride Entre le Canada, la Floride et Haïti, une histoire incroyable!

Entre le Canada, la Floride et Haïti, une histoire incroyable!

120
0
SHARE

Un trafiquant international de cocaïne qui avait demandé à purger sa peine au Canada après sa condamnation aux États-Unis vient de s’évader du Service correctionnel Canada pour la deuxième fois pendant sa sentence.

Laveaux François, alias « Chachou », aurait profité d’une libération conditionnelle pour fausser compagnie au Service correctionnel du Canada et disparaître dans la nature avant la fin de sa sentence. Les policiers précisent qu’il aurait l’habitude de fréquenter la région de Montréal et Ottawa. La Police provinciale de l’Ontario a demandé l’aide du public mercredi pour le retrouver.

C’est la deuxième cavale du trafiquant de 59 ans depuis qu’il a été confié à la garde de système carcéral canadien. Sa première escapade avait duré 13 ans.

Laveaux François avait été épinglé une première fois en 1990 par les autorités américaines, alors qu’il tentait de décharger une importante cargaison de cocaïne d’un bateau amarré à Miami. Il avait écopé d’une sentence de 15 ans de prison aux États-Unis, en 1992.

Comme il détenait la citoyenneté canadienne, il avait demandé l’autorisation de venir purger sa peine dans un pénitencier canadien, ce qui lui a été accordé. En 1994, il est revenu au Québec pour poursuivre sa détention.

Contributeur aux rebelles paramilitaires

Huit mois après son retour au pays, le Service correctionnel canadien lui a accordé une permission de sortie de cinq heures pour aller visiter sa famille. « Après la visite, alors qu’un agent correctionnel le conduisait en véhicule pour retourner au pénitencier canadien s’est évadé de la garde de cet agent », précise un document judiciaire déposé à la cour en Floride.

Laveaux François est alors retourné dans son pays natal, Haïti, d’où il a recommencé à organiser des transports massifs de cocaïne vers les États-Unis.

En entrevue avec le quotidien Miami Herald, en 2004, il disait être propriétaire d’un hôtel dans la ville des Gonaïves et avoir financé les rebelles armés qui ont participé au renversement du président Jean-Bertrand Aristide sous la direction des troupes paramilitaires de l’ancien policier Guy Philippe, lui-même condamné plus tard pour avoir fait entrer de grandes quantités de cocaïne aux États-Unis.

Puis, en 2007, la Drug Enforcement Administration américaine a mené une opération en sol haïtien avec l’autorisation du nouveau président haïtien René Préval, afin d’arrêter Laveaux François une deuxième fois. Il avait été coincé aux Gonaïves.

Plusieurs centaines de kilos de drogue

Extradé aux États-Unis, il a plaidé coupable pour participation à plusieurs importations de centaines de kilos de cocaïne en Floride par bateau. En raison de sa collaboration avec les autorités, il a reçu une sentence de 13 ans de prison.

En octobre 2018, lorsqu’est venue sa libération du centre correction de Philipsburg, en Pennsylvanie, il a été immédiatement remis aux autorités canadiennes afin qu’il revienne purger la suite de sa sentence initiale, interrompue par son évasion en 1994.

Remis en liberté conditionnelle, il a pris à nouveau la clé des champs récemment, selon la police.

La section ontarienne de la Commission des libérations conditionnelles du Canada n’a pas répondu aux messages de La Presse hier relativement aux conditions qui avaient été imposées au détenu pour encadrer sa remise en liberté.