Home Le billet de Michèle Cachez ce tatouage…

Cachez ce tatouage…

625
0
SHARE







Finis les tatouages
La mode des tatouages étant terminée en Floride, les dermatologues n’ont jamais fait autant d’argent et obtenir un rendez-vous peut prendre des semaines. Les initiales tatoués à l’encre rouge de l’amoureux qui a déguerpi après les vacances ou encore le beau gros dragon occupant une place de choix ne veulent plus rien dire sans compter que les employeurs sérieux se montrent très réticents à retenir les services d’un candidat, même si ce dernier est super qualifié. La mode est passée, mais les tatouages sont restés et il faut les faire enlever. Pal mal plus douloureux et plus coûteux. Les patients prétendent que le traitement au laser est exactement comme une brûlure. Un corps gras brûlant sur le corps.

Et, il n’y a pas que la job qui soit en cause. 24% des tatoués entre 18 et 50 ans regrettent amèrement leur geste et 17% dépensent une fortune pour les faire enlever selon l’American Academy of Dermatology. Leur vie a changé, ils pensent différemment et le tatouage qu’ils trouvaient amusant est devenu un obstacle majeur à leur avancement.

Selon un dermatologue de Lake Worth, les tatouages ne s’effacent jamais complètement. Il reste toujours une cicatrice laquelle, de toute façon, restera blanche au soleil. Les couleurs rouge et noire sont relativement faciles à effacer comparativement au vert, bleu ou aqua et chaque tatouage à effacer coûte 1000$ et 5000$ dépendant de la peau et de la grandeur du tatouage. Le traitement est long, s’effectue au laser en plusieurs étapes. La technique utilise deux types de laser.

Après la dermabrasion, un pansement est mis en place pendant quarante – huit heures puis des soins personnalisés sont prescrits. L’épiderme se reconstitue alors en huit jours environ.

Mais attention, que ce soit la chirurgie ou la dermabrasion, elles sont sources de cicatrices plus importantes et la douleur se veut par conséquent plus présente.

Quant au lieu et à la fréquence des séances, il est préférable de le faire pratiqué par un dermatologue qui assure un acte médical remboursé par la sécurité sociale et vers lequel vous orientera votre médecin traitant. Les tatoueurs eux, ne pourront vous proposer qu’un recouvrement qui modifiera le motif original mais ne détatouera pas pour autant.

La fréquence des séances d’élimination seront plus nombreuses en fonction de l’étendue du tatouage, sa localisation et son ancienneté.

Après le détatouage, il est impératif de porter des vêtements 100 % coton et de consacrer un budget à l’application de crèmes constamment renouvelée. Avec pour corollaire une exposition solaire interdite et le sport déconseillé. Quant au retatouage, il ne peut être envisagé avant six mois.

Il y a dix ans, c’était la folie du tatouage. Les salons faisaient fortune. C’est maintenant une autre histoire. Les dermatologues s’affairent à effacer les erreurs de passé, mais le tatouage a la vie dure. C’est pas facile, ça laisse des traces.

Commentaires
Un must à votre agenda Showbiz



SHARE
Previous articlePasseport perdu Condo à louer Victime de crime Vos médicaments Jackson Memorial Village Sheridan Immobilier Laberge Transport
Next articleHappy Birthday
Michèle Sénécale
Journaliste depuis près de 50 ans, Michèle Sénécal a fait ses classes avec des grands du monde de l’édition de l’époque comme Yves Michaud, Jean-Charles Harvey, Edward Rémy, André Robert. Travaillante acharnée, elle a touché à tout dans le métier. Des affaires sociales au milieu du show-business, elle a toujours roulé sa bosse. Durant son parcours, elle a dirigé des publications chez Québecor, collaboré au Journal de Montréal et compte à son actif, quelque 250 histoires d’amour pour les magazines Québecor de l’époque. En semi retraite, elle rédige la chronique Showbiz dans Planète Québec depuis les débuts du magazine et, avec Yvonne Courage, elle a fondé Destination Soleil, un cyber magazine sur la Floride en novembre1999.