Home Ayiti Signé Vonick ‘I have a dream ‘

‘I have a dream ‘

816
0
SHARE

L’homme qui a appris aux siens
à vivre fièrement leur différence.

Ses débuts’

Martin Luther King naît le 15 janvier 1929 à Atlanta en Géorgie dans le sud des États-Unis. Il est noir et, à cette époque, les Noirs sont pauvres, méprisés et tenus à l’écart. Les Blancs les traitent comme des citoyens de bas niveau. Ils leur interdisent l’accès au cinéma, au parc d’attractions et même dans les autobus où seulement quelques bancs leur sont réservés.

Le père de Martin est pasteur à l’Église Baptiste d’Ebenezer à Atlanta. Martin apprend très jeune de longs passages de la Bible. Il chante pendant les cérémonies, prêche son premier sermon à 17 ans puis est, lui aussi, consacré pasteur.

Vie d’adulte

En 1953, il épouse Coretta Scott. Les jeunes mariés s’installent à Montgomery en Alabama où Martin devient un pasteur très apprécié. Les Noirs aiment la façon dont Martin explique l’Évangile.

Problèmes dans les autobus

Le 1er décembre 1955, Rosa Parks, une couturière noire, rentre chez elle après sa journée de travail. Elle s’assoit sur un des bancs réservés aux Noirs dans l’autobus. Beaucoup de passagers Blancs montent à bord si bien qu’ils n’ont plus de place. Le conducteur demande alors à Rosa de céder sa place à un Blanc. Elle refuse de se soumettre, elle est alors arrêtée.

Martin Luther King et ses amis décident de « boycotter » le service d’autobus, c’est-à-dire que tous les Noirs vont cesser d’utiliser les autobus : ils marcheront. Pendant les 13 mois que dure le boycott, la compagnie d’autobus perd beaucoup d’argent. Les Noirs gagnent une meilleure forme physique mais surtout une plus grande estime d’eux-mêmes. Sans aucune violence, ils obtiennent enfin les mêmes droits que les Blancs pour voyager en autobus. « Nous avons gagné le respect de nous-mêmes. Nous sentons que nous sommes quelqu’un. » (Jo Ann Robinson)

Difficultés dans les endroits publics

De plus en plus convaincu que les Noirs doivent mener un combat pacifique pour revendiquer leurs droits, Martin se rend en Inde pour approfondir la philosophie de Gandhi en faveur de la non-violence. À son retour, Martin propose un « sit-in » dans les lieux publics interdits aux Noirs : hôtel de ville, bibliothèque… Il s’agit simplement de s’asseoir en grand nombre dans un endroit défendu et de n’en pas bouger. Les policiers s’amènent et ne pouvant pas arrêter tout le monde, ils conduisent Martin en prison où il doit faire 4 mois de travaux forcés.

Racisme toujours présent

Certains Blancs, conscients que les Noirs sont victimes d’injustice, cherchent à soutenir les Noirs dans leurs luttes. Ils organisent « les voyages de la liberté » : un Noir et un Blanc voyagent côte à côte dans les autobus qui relient les États du Sud où la ségrégation est toujours présente.

Mais les résultats sont lents à se faire sentir. Certains Noirs se demandent si le pacifisme de Martin Luther King portera fruit bientôt. Ils n’ont toujours pas obtenu le droit de vote et certaines villes sont très racistes encore, c’est le cas de Birmingham en Alabama. Martin organise des manifestations à Birmingham : les Noirs sont si nombreux à être arrêtés que les prisons débordent. Les écoliers manifestent à leur tour, les policiers les arrosent avec des lances à incendie. Des caméramans filment ces scènes qui choquent le monde entier. La ville renonce à la ségrégation.

Victoire!

L’été 1963 va changer énormément la vie des Américains. Le 11 juin, John Fitzgerald Kennedy, président des États-Unis prononce un discours télévisé dans lequel il annonce que la ségrégation sera dorénavant bannie dans tous les lieux publics à la grandeur du pays.

Le 28 août 1963 lors de la marche sur Washington, Martin Luther King prononce le plus fameux de ses discours… « I have a dream (J’ai un rêve)… qu’un jour cette nation sera transformée en un endroit où des petits enfants noirs pourront prendre la main des petits enfants blancs et marcher ensemble comme frères et soeurs. »

Petit à petit, les Américains deviennent honteux du sort de leurs concitoyens noirs. Ils reconnaissent le travail fait par Martin Luther King pour que justice soit rendue aux Noirs. En 1964, Martin Luther King reçoit le prix Nobel de la paix. Il l’accepte avec joie. Mais ce qui le rend encore plus heureux, c’est quand il voit que les Noirs ont maintenant accès à la plupart des endroits publics qui leur étaient totalement interdits auparavant.

Luttes pour de meilleures conditions

Maintenant qu’il a obtenu ce qu’il demandait pour les Noirs du Sud, Martin se rend au Nord pour y vivre avec sa famille dans un ghetto de Chicago. Il réclame du travail et de meilleures conditions de logement pour ses frères et soeurs noirs.

Le 4 avril 1968, Martin est à Memphis, Tennesse pour soutenir des éboueurs en grève. Il loge à un hôtel. Avant de se rendre souper, il sort prendre l’air sur le balcon. Un coup de feu éclate. Martin Luther King est atteint à la tête, il ne survivra pas.

Mission accomplie

C’est un acte violent qui met fin à la mission de ce grand pacifiste. Désormais dans la mémoire des Noirs américains, il fera image de libérateur, il aura redonné aux Noirs leur fierté.

REHAUSSEMENT CULTUREL

Depuis 1983, le troisième lundi de janvier est désigné comme jour férié à l’échelle des États-Unis en l’honneur de l’anniversaire de naissance de Martin Luther King.

Référence:

  • (Martin Luther King Jr. Microsoff, Encarta, 1994)
  • Texte et photos EMRC
  • SHARE
    Previous articleBergeron à Park Lake Réjean à son condo
    Next articleSpring Fever
    Notre mission : Vous faire connaitre ! Destination Soleil imbattable Toujours No 1 en Floride +de 7millions de hits du 1er au 30 mai 2018 300 610 visiteurs uniques 1 220 570 pages lues Notre objectif : Accompagner notre clientèle sur le chemin de la réussite, et de faire de leur satisfaction notre priorité ! Yvonne Courage USA : 561-372-2539 CAN: 514-400-1333 Maison de la Floride Rep. Autorisé de PLANÈTE QUÉBEC Contactez-nous: [email protected]