Home Le billet de Michèle Fort Lauderdale – On chasse les touristes

Fort Lauderdale – On chasse les touristes

653
0
SHARE






De plus en plus pour les riches
Avec la démolition de tous les petits hôtels et la construction d’immenses tours à condos pour millionnaires dans les années 90, la ville de Sunny Isles s’est sans doute enrichie, mais du même coup, elle s’est privée de la grouillante faune touristique qui meublait son paysage six mois par année.

En moins de dix ans, Sunny Isles a cédé son titre de reine des ville touristiques de la Floride du sud pour devenir une ville dortoir, pratiquement habitée par les Européens et les Latinos et nulle part sur Collins, on peut apercevoir la mer. Les touristes comme les vacanciers fuient l’endroit devenu trop dispendieux, trop snob, impersonnel et ennuyeux. Il n’y a pratiquement plus de Canadiens à Miami Beach et Sunny Isles.

De Miami Beach à Pompano, il faut vraiment connaître sa géographie pour réaliser que l’Atlantique est juste là. On ne le voit plus de nulle part et le Département du Tourisme s’accorde à dire que c’était sans doute une erreur à ne plus répéter.

Mais, on apprendra jamais. Fort Lauderdale se met de la partie et vient de donner son aval pour la construction de tours d’habitations et hôtels de 30 étages en bordure de mer. Sauf pour la plage qui donne vraiment sur A1A, Fort Lauderdale répète les mêmes erreurs que Miami Beach. Le Ocean Wave Beach Resort sera construit sur un terrain de 1.8 acres et occupera l’adresse civique de 525 N. Fort Lauderdale Beach Blvd, entre Viramar et Windamar, exactement où le Tropic Cay Motel et le Avalon Waterfront sont installés.

Le Fort Lauderdale que l’on connaît avec toute sa faune touristique, ses hôtels confortables et propres à prix raisonnables, sa magnifique plage et sa vie nocturne tend à disparaître. Au rythme où le développement se fait, dans dix ans, la ville sera occupée uniquement par de richissimes citoyens et tant pis si vous n’avez pas un compte de banque bien garni. Dans le nouveau Fort Lauderdale, dans les nouveaux hôtels en bordure de mer comme le St. Regis, une nuitée coûte $1200. alors que présentement, au Sea Club Hotel, on peut encore se loger pour 59$. Ce n’est pas le même hôtel, on en convient, mais c’est le même boulevard, le même Las Olas, Riverwalk et la même mer, la même plage, les mêmes palmiers et le même nightlife.

Fort Lauderdale, l’une des plus belles villes de la Floride surnommée la Venise d’Amérique à cause de ses nombreux canaux et son caractère très européen, se laisse envahir par les promoteurs qui lui font miroiter des affaires d’or alors qu’on sait très bien que les riches et célèbres qui habitent ces immenses tours, ne fréquentent aucun restaurant des environs et encore moins les boutiques, cafés, bars ou même terrains de golf.

L’appat du gain est grand, mais les pertes, les remords et les regrets seront considérables.

Commentaires
Un must à votre agenda SHOWBIZ




SHARE
Previous articleSouriez à Pembroke Pédophile Mariage au château Tué par des abeilles Marcelle à TQS Hôtel en faillite Gaz: $4 le gallon
Next articleMicheline Langlois
Journaliste depuis près de 50 ans, Michèle Sénécal a fait ses classes avec des grands du monde de l’édition de l’époque comme Yves Michaud, Jean-Charles Harvey, Edward Rémy, André Robert. Travaillante acharnée, elle a touché à tout dans le métier. Des affaires sociales au milieu du show-business, elle a toujours roulé sa bosse. Durant son parcours, elle a dirigé des publications chez Québecor, collaboré au Journal de Montréal et compte à son actif, quelque 250 histoires d’amour pour les magazines Québecor de l’époque. En semi retraite, elle rédige la chronique Showbiz dans Planète Québec depuis les débuts du magazine et, avec Yvonne Courage, elle a fondé Destination Soleil, un cyber magazine sur la Floride en novembre1999.