Home Méli Mélo L’ADISQ «S’ EMPIRONNE » AU LIEU DE « S’ENMIEUTER »

L’ADISQ «S’ EMPIRONNE » AU LIEU DE « S’ENMIEUTER »

583
0
SHARE
L’ADISQ «S’ EMPIRONNE » AU LIEU DE « S’ENMIEUTER »
Texte de Roger Sylvain
Comme plusieurs d’entre-vous ( j’imagine) j’ai regardé le Gala 40e anniversaire de l’ADISQ. D’abord j’ai regardé à TéléQuébec le premier gala : j’y ai vu beaucoup de monde qui ne se sont pas regardés dans le miroir avant de partir, sinon ils auraient apporté  quelques changements vestimentaires, ou seraient restés chez-eux.
 Quand tu vas dans un gala, m’semble que tu t’habilles pas comme si tu allais à la pizza du coin te chercher un lunch…
Quand on écoute les Music Awards, le pendant de l’ADISQ aux USA, où les vedettes ont revêtu leurs plus beaux atours, et qu’on regarde notre gala, on fait « dur » en maudit.
Question à l’ADISQ : Comment se fait-il que le trophée le plus important et significatif, soit « L’ALBUM LE PLUS VENDU DE L’ANNÉE » ne soit pas LE trophée qui arrive en final du grand gala. On parle de ventes… les ventes c’est la réponse du public, celui qui a payé pour le CD… C’est ça l’importance d’un tel gala… Vous de l’ADISQ ignorez le plus important, soit le public. C’est le seul trophée où vous n’avez aucun influence, heureusement d’ailleurs… Ne me dites pas que les votes sont la réponse du « vrai monde »… bullshit.
Si tel était le cas, y a des trophées ce soir qui auraient été décernés à ceux qui les méritaient… mais non faut gâter les ptits « zamis ».
L’ADISQ existe depuis 40 ans et pour avoir assisté et couvert, en tant que journaliste, les 25 premiers galas, je me permets de suggérer aux organisateurs de prendre leur retraite ou de revoir leurs règles. Vous faites DUR.
Il y a eu des beaux moments ce soir : D’abord l’ouverture, avec Mario Pelchat, Guylaine Tanguay, Martine St-Clair et Maxime Landry : un bijou en soit; les images des précédents galas nous ont rappelé des artistes que malheureusement on ne voit plus ni aux galas, ni ailleurs…  l’hommage à Harmoniun fut un grand moment, l’ovation à Yvon Deschamps était très touchant et combien mérité : j’ai aussi beaucoup apprécié le numéro de Isabelle Boulay et Tire le Coyotte…
Quel imbécile a décidé d’éliminer le « IN MEMORIAM » qui rappelle à notre mémoire les artistes et artisans étant décédés durant l’année…?
Pour ce qui est de Hubert Lenoir, qui a remporté multiples trophées, je serais curieux de connaitre les chiffres de vente… De toute manière si les « Idoles des québécois » sont Hubert Lenoir et Klo Pelgag, ben on fait dur en « viarge ».
Et aux fans de Lenoir qui disent qu’il y a eu d’autres clowns musicaux dans le passé comme les Alice Cooper, Boy George et cie, je réponds : Ils avaient aussi du talent, on a chanté leurs succès et on s’en souvient encore, ce qui ne risque pas de lui arriver. C’est mon opinion et je la respecte ! Vieux mais pas con !
Merci Roger Sylvain….

Mario Pelchat attaque directement l’ADISQ et Hubert Lenoir pour ce qui s’est passé dimanche soir

Ce n’est pas nouveau : Mario Pelchat n’est pas le plus grand fan de l’ADISQ. L’an dernier, il avait fait une sortie en règle contre le gala et son académie parce que les 2 frères n’avaient pas gagné le Félix pour le groupe de l’année malgré le nombre impressionnant d’albums qu’ils avaient vendu. Cette année, les sympathiques Érik et Sonny Caouette ont été récompensés dans la catégorie Groupe ou duo de l’année. Mais est-ce que ça veut dire que leur producteur est satisfait du gala de cette année? Oh que non.. La suite