Home Le billet de Michèle Retour des Snowbirds

Retour des Snowbirds

3009
0
SHARE






Snowbirds en route
Malgré une baisse de popularité constatée depuis les dix dernières années et le peu de promotion faite pour la Floride, c’est encore là que les Québécois aiment passer leurs hivers chaque année. Ils quittent le Québec aux premières feuilles d’automne. Pour rien au monde, ils ne voudraient voir un seul petit grain de neige, encore moins sortir tuque et mitaines pour aller à l’épicerie. L’hiver pour un snowbird, c’est chose du passé. Dès le premier petit frisson, ils se mettent à rêver de mer et de soleil, de chaleur et des amis à retrouver.

Cette année plus que jamais, on verra beaucoup de Canadiens. La majorité d’entre eux arrivent avec leur motorisé ou encore tout leur stock pour la maison mobile. Les billets d’avion sont dispendieux et passer quelques semaines en Floride sans auto, c’est pratiquement impossible. C’est se priver d’une liberté chèrement acquise. Facile d’accès, prix encore très abordables, la Floride s’attire une clientèle qui revient d’année en année. À trois heures d’avion de Montréal, avec tous les services en français, les Québécois sont heureux de revenir. Ils s’installent dans leur maison mobile, ou louent un appartement et se la coulent douce. L’année dernière, selon les statistiques, 100 000 Québécois de 55 ans et plus se sont expatriés en Floride pour une longue période. Le CAA recommande deux trajets pour le parcours Montréal-Miami: les autoroutes 87 et 95 ou les routes 87, 88, 81, 66, 17 et 95. Avec ses 2811 kilomètres, le deuxième trajet est plus long d’une centaine de kilomètres que le premier, mais on y rencontre moins de postes à péage et on y voit de très beaux paysages.

Mais attention ! Soyez vigilant sur la durée de votre séjour. En effet, si vous passez 183 jours et plus aux États-Unis dans une année, vous pourriez être considéré comme étant un résidant américain. Vous seriez alors tenu de remplir une déclaration de revenus et peut-être devoir payer des impôts au pays de monsieur Obama en plus de payer ceux du Québec et du Canada.

Cette barrière de six mois vaut aussi pour votre admissibilité à l’assurance-maladie du Québec. Pour être couvert par le régime public, vous ne pouvez pas quitter le Québec 183 jours et plus, consécutifs ou non, dans une même année civile. Cependant, les absences de 21 jours et moins ne sont pas prises en compte dans le calcul.

En 2013, si vous séjournez 120 jours en Floride, 90 en Europe et 15 dans l’ouest du pays, la RAMQ déterminera que le total de vos jours de voyage à l’étranger est de 210 jours. Vous risquez donc de perdre votre droit à la protection qu’offre le régime d’assurance maladie du Québec.

Il y a des exceptions à cette règle. Si votre départ est lié à des exigences de votre travail, par exemple, vous demeurerez couvert par la RAMQ. Cependant, vous serez tenu de fournir des documents pour justifier votre absence.

Les exceptions à la règle

Certaines personnes demeurent couvertes par le régime d’assurance maladie même si elles s’absentent du Québec 183 jours ou plus dans une même année civile Année civile
Une année civile commence le 1er janvier et se termine le 31 décembre d’une même année.. Elles doivent se trouver dans l’une de ces situations :

Elles bénéficient de l’exception ne pouvant s’appliquer qu’une fois tous les 7 ans;
Elles vont travailler, étudier ou faire un stage à l’extérieur du Québec;
Elles peuvent bénéficier des dispositions d’une entente de sécurité sociale;
Elles sont retenues à l’extérieur du Québec en raison d’une hospitalisation ou elles aident une personne dans cette situation. (Les premières doivent faire parvenir à la Régie un certificat médical indiquant la date du début et la durée prévue de leur incapacité de revenir au Québec.)

Bonne route et bon séjour parmi nous !

Source: Gouvernement du Québec… Cliquez !

Showbiz
Impensable de commencer la journée sans lire SHOWBIZ.

Des petites nouvelles juteuses sur le merveilleux monde des artistes et de la télévision. Ne ratez pas ça, c’est pour vous qu’on fait ça tous les jours.

Vos commentaires


SHARE
Previous articleChili vite fait La faute du python Vendu pour 42 M$ Suicide d’une ado Rhum à Key West
Next articleAmendes salées Hausse des tarifs Garden Party La faute du python Vendu 42 M$
Journaliste depuis près de 50 ans, Michèle Sénécal a fait ses classes avec des grands du monde de l’édition de l’époque comme Yves Michaud, Jean-Charles Harvey, Edward Rémy, André Robert. Travaillante acharnée, elle a touché à tout dans le métier. Des affaires sociales au milieu du show-business, elle a toujours roulé sa bosse. Durant son parcours, elle a dirigé des publications chez Québecor, collaboré au Journal de Montréal et compte à son actif, quelque 250 histoires d’amour pour les magazines Québecor de l’époque. En semi retraite, elle rédige la chronique Showbiz dans Planète Québec depuis les débuts du magazine et, avec Yvonne Courage, elle a fondé Destination Soleil, un cyber magazine sur la Floride en novembre1999.