Home Le billet de Michèle Grippe carabinée

Grippe carabinée

819
0
SHARE






Une grippe maudite
Je pensais sérieusement que ma tête allait se dévisser de mon corps. Je le souhaitais tellement j’avais mal. Il me semblait que mes neurones auraient grandement profité d’une certaine accalmie. Je manquais d’air. À force de tousser, j’étais complètement épuisée.

Mes poumons me faisaient des signes d’impatience. Je toussais comme une damnée sans pouvoir rien leur donner en retour. Chaque mouvement, chaque battement de cil demandait un effort incroyable. Je ne souhaitais qu’une chose, dormir sans penser à rien. Oublier tout. Le monde, les enfants, la job, les amis, le ménage, la bouffe et whatever you want.

C’est ce que j’ai fait durant deux jours. Midi, minuit, le jour, la nuit, ça n’avait plus aucune espèce d’importance. Plus rien m’intéressait. J’ai flotté dans le temps. Et pas avec un bon joint de pot. Avec de la codéïne et autres cochonneries du genre. Rien d’excitant.

Qu’importe, ca marche ! C’est pas aussi le fun, mais ça marche. Il paraît qu’on ne peut pas tout avoir dans la vie. J’ai eu la grippe, je peux pas espérer plus. Je me suis bourrée de pilules, je pouvais pas fumer un joint…Je serais morte !

La grippe est maudite. Elle jette sa proie par terre et n’a aucune espèce de pitié. Quand elle t’attrape, elle ne lâche pas le morceau. Elle te gruge jusqu’à l’os, jusqu’à ce que tes forces t’abandonnent, jusqu’à ce que tu sois assez bourrée de médicaments ou de sirop pour tout vomir.

Une grippe qui t’accroche le système de tuyauterie humaine et qui le fait fonctionner à plein régime. Une grippe qui te fait sentir comme un zombi et qui te donne l’air d’un parfait idiot.

L’enfer!

Et j’ai pensé qu’on était des millions dans le même bateau. Des millions à se dire que la grippe c’est comme les impôts, ça revient chaque année. Quelque part entre Noël et Pâques. Rares sont ceux qui parviennent à y échapper.

La grippe est aussi drabe que le ministère du Revenu. Dans les deux cas on souhaiterait que la tête se dévisse du corps pour filer vers l’au-delà en quatrième vitesse sans dire un maudit mot à personne.

Mais non, ça ne fait pas aussi mal qu’une peine d’amour. N’exagérons rien. Mais c’est normal puisque les peines d’amour sont jamais aussi fidèles que les bonnes grippes carabinées. N’empêche que c’est comme le reste, on s’en passerait bien.

Showbiz
Impensable de commencer la journée sans lire SHOWBIZ.

Des petites nouvelles juteuses sur le merveilleux monde des artistes et de la télévision. Ne ratez pas ça, c’est pour vous qu’on fait ça tous les jours.

Vos commentaires



SHARE
Previous articleKingsley Plantation Quiche aux légumes Taste of the Beach Coconut Grove
Next articleMichel Louvain P.2
Michèle Sénécale
Journaliste depuis près de 50 ans, Michèle Sénécal a fait ses classes avec des grands du monde de l’édition de l’époque comme Yves Michaud, Jean-Charles Harvey, Edward Rémy, André Robert. Travaillante acharnée, elle a touché à tout dans le métier. Des affaires sociales au milieu du show-business, elle a toujours roulé sa bosse. Durant son parcours, elle a dirigé des publications chez Québecor, collaboré au Journal de Montréal et compte à son actif, quelque 250 histoires d’amour pour les magazines Québecor de l’époque. En semi retraite, elle rédige la chronique Showbiz dans Planète Québec depuis les débuts du magazine et, avec Yvonne Courage, elle a fondé Destination Soleil, un cyber magazine sur la Floride en novembre1999.