Home Flash floride Ouragans coûteux Hibiscus House Crist négocie Le chef quitte Ritz Carlton 60...

Ouragans coûteux Hibiscus House Crist négocie Le chef quitte Ritz Carlton 60 ‘$ Gros divorce Pas de motos

540
0
SHARE







A vendre. St-Siméon, Charlevoix. Grand terrain boisé avec un lac à la truite, trois chalets, deux remises, borne d’une pourvoirie. Sur la 138 à 5 minutes du traversier de Rivière-du-Loup, 5 minutes de la route de Chicoutimi, 2 minutes du fleuve St-Laurent. 102 863 mètres carrés. Prix à discuter : 514.396.9320




Ouragans coûteux
Les saisons 2004 et 2005 ont été les plus coûteuses pour la Floride depuis les années 1920. Au total, Charley, Ivan, Frances, jJeannie, Katrina, Wilma et Rita ont coûté 167 milliards de dollars selon l’étude présidée par le National Hurricane Center de Miami-Dade. Non seulement ces ouragans ont été dévastateurs et fort coûteux, ils ont également été les plus meurtriers.

Jusqu’à maintenant, Agnes en 1972, Betsy en 1965 et Camille en 1969 avaient été les plus coûteux. Et, malheureusement, l’avenir ne s’annonce pas bien. Selon Ed Rappaport du Centre des ouragans, la saison qui débute le 1er juin devait être très fertile et nous incommoder grandement. Pas nécessairement en Floride, mais partout sur la Côte Est américaine et canadienne.

Hibiscus House
Un autre petit week-end d’amoureux nous est proposé dans un modeste mais charmant Bed & Breakfast de la région de Palm Beach. Le Hibiscus House est l’endroit idéal. Situé tout près des magasins et des petites boutiques, on prend le trolley à la porte pour se promener en ville. Les propriétaires, Colin Raynor et Ral Hill possèdent cette vieille maison construite en 1917 et entièrement rénovée depuis 1996 et leur B & B est très populaire. On y passe une nuit à 89$, petit déjeuner inclus, le tout servi dans une belle porcelaine avec coutellerie en argent.

213 South Rosemay Avenur, West Palm Beach.

Crist négocie
Si la Floride veut sa part du gateau dans l’industrie du gambling légalisé depuis peu, il lui faudra négocier avec les Seminoles qui jusqu’à maintenant, détiennent le monopole du gambling. Si l’ancien gouverneur de l’état Jeb Bush était farouchement opposé au gambling et refusait même d’en parler, le nouveau gouverneur, Charlie Crist se montre beaucoup plus ouvert et sait fort bien que ce n’est qu’en négociant qu’il pourra avoir un morceau de l’énorme tarte de 1.5 milliard de revenus par année.

La Floride n’est pas encore Las Vegas, mais on songe très sérieusement à instaurer davantage de slot machines pour renflouer les coffres du trésor. Le marché est vaste, il serait trop bête de tout laisser aller sous prétexte qu’on refuse les négociations. Les revenus des casinos pourraient alléger le fardeau fiscal des citoyens et au fond, c’est ce que tout le monde souhaite.

L’année dernière, le gouverneur de la Californie, Arnol Schwazernegger a négocié une entente avec les Séminoles et depuis ce temps, tout le monde est heureux. Les casinos rapportent quelque 600 M$ à l’état. De l’argent tombé du ciel.

Charlie Crist travaille beaucoup pour le bien de l’état. A un point tel que son nom commence à circuler. Charlie pourrait-il faire un bon président des Etats-Unis? Jusqu’à maintenant, la liste des candidats républicains pour les élections de 2008 est plutôt pauvre. Si Charlie décidait de se présenter, il aurait de grosses chances d’être écouté. Selon un sondage-maison effectué par le Sun Sentinel, Charlie Crist récolte un B dans son bulletin. Il est en poste depuis un peu plus de 100 jours.

Le chef quitte
Après 26 ans de bons et loyaux services, le chef de police de Miami Beach quitte ses fonctions pour se joindre à une entreprise privée. Donald De Lucca laisse un salaire de $190 414 par année. Sa décision est formelle, il quitte en juillet pour se joindre à l’équipe de Verasys Consulting. A 46 ans, il croit qu’il ne peut rien apporter de neuf à ses fonctions au sein de la police de Miami Beach. Ces dernières années, la ville a considérablement grossi et est devenue l’épicentre de l’industrie du show-business, il croit honnêtement qu’il sera plus utile dans l’industrie privée.

C’est un vétéran de la police de Miami qui assume l’intérim jusqu’à ce qu’on trouve un nouveau chef. Il s’agit de Carlos Noriega, 47 ans, détenteur d’un certificat en criminologie.

Le Ritz Carlton renové
Avec des rénovations au coût de 60 M$, le Ritz Carlton de Manalapan s’est refait toute une beauté et a ouvert ses portes la semaine dernière. Tout a été entièrement refait, des suites au coffee shop en passant par les salons, les salles de bal, les salles de bain et les cuisines des employés. Chacune des 42 suites de l’hôtel a subi une cure de rajeunissement évaluée à 100 000$ et même les chambres pour les domestiques ont été rénovées. Appelées les Nanny Suites ce sont de véritables petits appartements de trois pièces avec vue sur l’océan. Quand on est nanny pour une famille riche et célèbre, on reçoit un salaire de 85 000$ par année et on a droit à bien des égards. Certaines familles comptent jusqu’à trois nannies dans la maison…

Le Ritz de Palm Beach est l’un des joyaux de la Floride où on peut y séjourner moyennant un coût de 799$ par jour pour une simple chambre. L’hôtel est situé au 100 South Ocean Boulevard à Manalapan. Il n’est pas défendu d’y aller pour l’apéro et cruiser le nouveau millionnaire de la place. Après tout, le soleil brille pour tout le monde. Surtout le soleil de la Floride…

Gros divorce
Les avocats qui s’occupent du divorce du magnat des assurances Hector Fortun et de sa femme Silvia salivent déjà. Le divorce s’annonce pénible et coûteux, la facture très salée.

Mariés depuis 20 ans et ayant deux enfans, c’est Silvia 45 ans, qui la première, a déposé une requête en divorce. Hector 50 ans, a dû sortir de la luxueuse résidence de Coral Gables avec sa petite valise et la certitude de passer en cour. Silvia réclame la garde légale des enfants, Gabriella 15 ans, Hector 11 ans en plus bien sûr, d’une très confortable pension alimentaire pour les enfants et une prestation compensatoire globale pour elle et ses services rendus.

Hector a fait fortune quand il a fondé Fortun Insurance Agency à Chicago. Depuis août dernier, il a racheté les parts de ses associés et est ainsi devenu l’unique actionnaire de la compagnie. Il refuse de verser quoi que ce soit à son ex-femme sous prétexte qu’elle ne mérite strictement rien et qu’elle n’a jamais contribué aux frais du ménage.

Et, c’est comme ça que les avocats salivent. Beaucoup de pain sur la planche, mais beaucoup d’argent dans leurs poches.

Pas de motos à Jupiter
Attention motocyclistes si vous allez à Jupiter. La ville n’aime pas du tout ni les motards, ni le bruit des moteurs et donne des contraventions de 75$ à celui qui n’obseve pas la loi.

A la porte d’entrée de la ville, on affiche une très grosse pancarte de bienvenue sur A1A près de Old Dixie Highway, mais parle également de l’interdition de faire du bruit. Ces nouvelles mesures font suite aux plaintes des résidents de la ville qui ne veulent rien savoir des bruits de moteurs ou des motards. Les bruits étourdissent les gens. A la première offense, l’avertissement est verbal. A la deuxième, c’est l’amende.

Bryant Mill ferme
La Floride n’échappe pas aux contraintes imposées par les lois sur le libre-échange et après 44 ans, la Bryant Mill ferme ses portes. En 44 ans, l’entreprise aura produit 20 milliards de livres de sucre et une douce vie pour ses travailleurs. Cette semaine, la sirène des heures de travail sonnera pour la dernière fois. L’usine ferme. L’industrie du sucre n’est pas aussi rentable qu’elle l’était et quelque 200 travailleurs se retrouvent à la rue.

A son ouverture en 1962, l’usine répondait à un besoin. C’était trois ans après la révolution cubaine et le gouvernement américain encourageait à coups de millions, les productions de canne à sucre américaines. N’importe quoi pour ne pas entendre parler de Cuba et Fidel et de toute façon, l’embargo était déjà en place. Il fallait réagir vite avant que le pays manque de sucre. Pendant 40 ans, tout le monde a fait fortune et tout le monde était heureux. Mais, le libre-échange est arrivé, les habitudes des consommateurs ont changé, les lois du marché ont dangereusement fait chuter la demande. Si bien que l’usine n’est plus rentable et que les proprios ont vendu leurs parts à des intérêts étrangers.

L’industrie de la canne à sucre est évaluée à 2 milliards par année en Floride. Bryant Mill apportait une généreuse contribution au trésor social, mais toute bonne chose a une fin. On croit que la majorité des travailleurs retrouveront une job alors que d’autres prendront une retraite bien involontaire. Même s’il est encore relativement facile de se trouver du travail à 50 ans en Floride, ça ne veut pas nécessairement dire que le salaire est à la hauteur de nos attentes. Pour la plupart d’entre eux, il faut planifier un nouveau budget et un train de vie à la baisse. Adieu veaux, vaches, cochons et rêves. C’est terminé et c’est triste !

Un must à votre agenda Showbiz
Planète Ayiti
Miami Beach P.Q.
L’Astrologie avec Véronique Charpentier









SHARE
Previous articleDenèce se marie Air Medic Memorial remercie
Next articleChez la Gaspésienne Billy Joel à Miami Les Faucher au Tennessee
Notre mission : Vous faire connaitre ! Destination Soleil imbattable Toujours No 1 en Floride +de 7millions de hits du 1er au 30 mai 2018 300 610 visiteurs uniques 1 220 570 pages lues Notre objectif : Accompagner notre clientèle sur le chemin de la réussite, et de faire de leur satisfaction notre priorité ! Yvonne Courage USA : 561-372-2539 CAN: 514-400-1333 Maison de la Floride Rep. Autorisé de PLANÈTE QUÉBEC Contactez-nous: [email protected]