Brutus expulsé en Haïti ce matin

Brutus expulsé en Haïti ce matin

21
PARTAGER SUR



Brutus expulsé en Haïti ce matin

Un criminel membre d’un important gang de rue de Montréal, Jean-Yves Brutus, a épuisé tous ses recours. Il sera expulsé ce matin vers Haïti…

Surnommé «Blaze», ce membre des Crack Down Posse, gang d’allégeance bleue, a un imposant dossier criminel. L’homme de 26 ans est sous le coup d’un ordre d’expulsion rendu en 2003 par la Commission de l’immigration et du statut de réfugié (CISR). À l’époque, Immigration Canada lui avait permis de rester au pays, jugeant sa vie menacée en Haïti.

Ce sursis n’a pas empêché Brutus de récidiver. Sa dernière infraction remonte à février dernier, alors qu’il a été reconnu coupable d’avoir giflé, menacé de mort et volé sa conjointe. La CISR a ordonné à nouveau son renvoi la semaine dernière.

Dans une ultime tentative, son avocate, Me Marie-Hélène Giroux, a voulu faire renverser cette décision en Cour fédérale, hier. Me Giroux a invoqué le «grave danger» que M. Brutus court en Haïti. «Les criminels sont détenus de façon arbitraire sans suivi», a-t-elle dit.

De leur côté, les ministères de l’Immigration ainsi que de la Sécurité publique ont voulu démontrer, statistiques à l’appui, que ces détentions arbitraires n’existaient pas. L’ambassade du Canada en Haïti a dévoilé les statistiques les plus récentes sur les Haïtiens renvoyés du Canada.

Entre le 1er août 2007 et le 30 juillet 2008, 15 Haïtiens ont été renvoyés dont 8 avaient des dossiers criminels. Un seul a été détenu pour une période de trois jours, selon le premier secrétaire, responsable des dossiers immigration à l’ambassade du Canada en Haïti, Jean-François David. Tous les autres Haïtiens ont été incarcérés quelques heures ou pas du tout. Un dernier dossier n’a pas été répertorié. M. David s’est même engagé à accueillir M. Brutus à l’aéroport pour le remettre entre les mains des autorités haïtiennes.

Me Giroux a aussi invoqué le fait que Brutus n’avait aucune famille en Haïti. La Cour fédérale a plutôt retenu les explications du représentant de l’ambassade canadienne.

«Un ami ou un mandataire peut aussi se porter garant pour les conditions de libération», a expliqué par écrit M. David.

  • Texte de Caroline TouzinLa Presse! Cliquez…
    Photo la Presse

  • A lire l’article de Lloyd Robertson paru le 12 juillet 2007
    CTV National News! Cliquez…